SUOMEKSI | SVENSKA | ENGLISH | FRANÇAIS | DEUTSCH | ESPAÑOL | ITALIANO

JUHANI AHVENJÄRVI

CLAES ANDERSSON

AGNETA ENCKELL

MARTIN ENCKELL

TUA FORSSTRÖM

PENTTI HOLAPPA

JOUNI INKALA

RIINA KATAJAVUORI

JYRKI KIISKINEN

LAURI OTONKOSKI

PENTTI SAARITSA

HELENA SINERVO

EIRA STENBERG

ANNI SUMARI

ILPO TIIHONEN

HELENA SINERVO (s. 1961) published her first collection of poems, Lukemattomiin (Untold), in 1994. Since that she has published six more. Sinervo has translated poems by Elizabeth Bishop and Yves Bonnefoy and written the lyrics for Liisa Lux’ debut song album (2002).
MEMORY BEARS THE CHILD
Mesures 

Enfant j'aimais les sombres soirs de décembre.
J'éteignais les lumières et par les fentes de la jalousie
je regardais les quilles douces des réverbères.

Parfois une silhouette grelottante apparaissait sous la quille
lumineuse pour allumer une cigarette, puis jetait quelques graviers vers une fenêtre
qui s'ouvrait dans l'obscurité au son des chuchotements.

J'éteignais les lumières et j'allumais une bougie, je tendais 
la main vers l'ombre par dessus le cercle vacillant 
et je découvrais d'étranges chaises et mon étrange

corps, comme s'il était une autre créature
de l'ombre. Mes pas sautillants mesuraient la chambre
en longueur en largeur, dépassant les amas

de vêtements qu'on ne portait pas les jours ordinaires.
La bouche goulue de la flamme avalait l'oxygène et la stéarine.

J'agaçais le feu avec une tasse noircie,
tant qu'il dépérissait jusqu'à la limite bleue de son existence. 
Je relevais la tasse de la bougie, je laissais boire la flamme.
L'horloge décomptait la durée de la nuit (tic tac).

Ca finissait par une craquement de la porte et la lumière 
crue de l'ampoule: il est temps de gagner la passerelle pour guetter par dessus bord le sillage défilant des images. 

La télé se taisait, le feuilleton venait de finir. Une liaison, disait ma mère, une liaison, j'en étais sûre. La femme rentre de voyage
et elle trouve une boucle d'oreille dans le lit;

tout est soupesé, la traîtrise et les tromperies;
tout y passera, le bien et la famille
. La lumière s'éteignait,
les ombres sur les murs pouvaient respirer sans heurts.


La sacoche du ciel

Le campagnol

La montre

Chez les pingouins tout est diff...

L’enfant est une maison où les...

Prends le pieu comme tu peux

La fillette se porte si bien,...

Lorsque dans un éblouissement...

Le caillou flotte et l'autre

Au nom de la neige

Les chaises

L'aigulle

La jouissance de Tiresias

Trois Chants D'amour

Bois a Demi

Versets de la nostalgique

Orientation

Mesures

La boule de verre


 
Pimeän parit (Les couples de l'obscur), 1997. 
Traduits du finnois par Gabriel Rebourcet.