SUOMEKSI | SVENSKA | ENGLISH | FRANÇAIS | DEUTSCH | ESPAÑOL | ITALIANO

JUHANI AHVENJÄRVI

CLAES ANDERSSON

AGNETA ENCKELL

MARTIN ENCKELL

TUA FORSSTRÖM

PENTTI HOLAPPA

JOUNI INKALA

RIINA KATAJAVUORI

JYRKI KIISKINEN

LAURI OTONKOSKI

PENTTI SAARITSA

HELENA SINERVO

EIRA STENBERG

ANNI SUMARI

ILPO TIIHONEN

EIRA STENBERG
 

Dans le château de Minos sous la piste qui tangue,
sous le giron de la mère qui le berce,
il s'avance, celui que je désire.
Il porte la clé de ma chambre comme une clochette,
il joue à cache-cache.

Maître des clés, rien que pour une pousse d'icône
j'ai couru sur tes pas de corridor en couloir,
où bientôt les tapis sont devenus
des chemins d'asphalte
jonchés de fleurs de tilleul, toutes gorgées de mélasse.

Mais aujourd'hui l'automne est là.

La folie se vengerait de moi, qui n'ai pas compris
qu'elle est toute sagesse:
dans ce Songe d'une Nuit d'Eté j'ai fui
et je suis devenue poursuivante,
les mots fuyaient, et toi aussi.

Mais qui était-il, celui qui s'étant vêtu d'or
et de neige,
coiffé d'une couronne de glace,
barrait le couloir et demandait:
ne te connais-je pas?
Comme si tout ceci n'avait rien à voir
avec le désir.

J'ai vu son image
dans le miroir, aussi insupportablement pleine et entière
que ce portrait de la princesse par Velasquez.

C'est elle qui t'a saisi par les poignets
et t'a refoulé jusqu'à l'ascenseur,
elle a perdu sa balle d'or,
à cause d'elle je suis tombée à genoux
et j'ai pleuré, le front contre terre.

Quelle histoire.
Ne parle-t-on pas d'une princesse qui est
sa propre jumelle?
Elle dirigeait toute la scéne.

Mais toi, qui te caches toujours
dans mon corps comme une meurtrissure noire
sous le ciel tanguant de la piste de danse,
tel un sceau à tête de taureau
dont la figure brille encore à travers ma peau,
j'entends ta petite toux
qui parcourt les gaines de ventilation de l'hôtel.




Quel dur séjour, ce monde
où les dieux sont des amours répudiées.


La mère de l'arbre

L'enfant crie

Parler de l'amour

Divina Comedia

Dans chaque homme il y a une cav...

Dans le château de Minos

La princesse s'amuse


 
Halun ikoni, 1997 
Traduit par G. Rebourcet