SUOMEKSI | SVENSKA | ENGLISH | FRANÇAIS | DEUTSCH | ESPAÑOL | ITALIANO

JUHANI AHVENJÄRVI

CLAES ANDERSSON

AGNETA ENCKELL

MARTIN ENCKELL

TUA FORSSTRÖM

PENTTI HOLAPPA

JOUNI INKALA

RIINA KATAJAVUORI

JYRKI KIISKINEN

LAURI OTONKOSKI

PENTTI SAARITSA

HELENA SINERVO

EIRA STENBERG

ANNI SUMARI

ILPO TIIHONEN

EIRA STENBERG
Divina Comedia 

Perdue loin ma route au midi de ma vie
dans le long couloir d'un grand hôtel,
où la sourdine des tapis étouffe les pas
et la piste du night-club invite à la danse,

j'ai peut-être poussé la mauvaise porte,
descendu le mauvais escalier
vers un corridor dont je n'ai pas trouvé l'issue.

Comme dans un rêve j'ai marché
longtemps guidée par une lointaine musique,
puis la fatigue est venue
et mon seul désir désormais fut de regagner ma
chambre.

Alors je l'ai vu,
sombre silhouette, le portier de nuit,
avec ses cheveux plaqués sur sa tête 
comme les ailes noires d'un corbeau,
ses deux yeux bleus comme un orage
et sa tête de taureau bourru.

O maître des trousseaux de clés, ai-je dit,
dans ce palais ma chambre
est au numéro 444.

Il n'a rien répondu,
il a regardé mes seins et les a effleurés du doigt,
ses mains ont parcouru la courbe de mon corps.

Ainsi sans le connaître,
je l'ai rencontré,
personne jamais n'a pris mon visage comme lui
quand il a cueilli le coquillage de mes oreilles
et m'a saisie par les cheveux,
puis sa main a effleuré le haut de mes cuisses.
Les lézards ont dressé la tête 
sous le velours de ma robe,
les portes du labyrinthe se sont ouvertes.
Je ne savais pas qui il était,
j'ignorais qu'il n'avait pas son pareil
pour tenir sa tête droite telle une couronne noire.
Je l'ai saisi par les poignets et je l'ai repoussé.
Aujourd'hui, folle de désir, je le cherche toujours.


La mère de l'arbre

L'enfant crie

Parler de l'amour

Divina Comedia

Dans chaque homme il y a une cav...

Dans le château de Minos

La princesse s'amuse


 
Halun ikoni (L'icône du desir), 1997 
Traduit par G. Rebourcet