SUOMEKSI | SVENSKA | ENGLISH | FRANÇAIS | DEUTSCH | ESPAÑOL | ITALIANO

JUHANI AHVENJÄRVI

CLAES ANDERSSON

AGNETA ENCKELL

MARTIN ENCKELL

TUA FORSSTRÖM

PENTTI HOLAPPA

JOUNI INKALA

RIINA KATAJAVUORI

JYRKI KIISKINEN

LAURI OTONKOSKI

PENTTI SAARITSA

HELENA SINERVO

EIRA STENBERG

ANNI SUMARI

ILPO TIIHONEN

CLAES ANDERSSON
 

Toute la nuit nous avons parlé de la mort, de ces
choses que nous ne voulions pas quitter,
les promenades à travers champ jusqu’à l’étuve,
               les roulements de la pluie sur le toit la nuit,
le plaisir charnel d’écrire,
               nos électriques rendez-vous d’amour,
les soirs de cinéma, la réglisse, les mains moites,
               les livres comme des poignards de miel.

Mais l’angoisse aussi, celle qu’on endure par hasard,
et les matins où tu portais le café au lit et tu
lisais les rubriques du journal à haute voix,
               notre enfant qui rêvait du ciel et disparut
de notre vie,
               la théièrie fumante et le bourdon des
guèpes par la fenêtre ouverte de la véranda.

               Le sorbier fait signe de son feu rouge,
le cœur palpite, inlassable,
               le chat boit de l’eau dans la tine bleue
et mes pensées se perdent loin comme les cercles
               sur l’eau de la tine bleue.


Toute la nuit nous avons parlé...

Quelques paroles dans la nuit...

A ma naissance Helsinki ètait...

Andersson


 
Huden där den är som tunnast, 1991 
Traduit par Gabriel Rebourcet