SUOMEKSI | SVENSKA | ENGLISH | FRANÇAIS | DEUTSCH | ESPAÑOL | ITALIANO

JUHANI AHVENJÄRVI

CLAES ANDERSSON

AGNETA ENCKELL

MARTIN ENCKELL

TUA FORSSTRÖM

PENTTI HOLAPPA

JOUNI INKALA

RIINA KATAJAVUORI

JYRKI KIISKINEN

LAURI OTONKOSKI

PENTTI SAARITSA

HELENA SINERVO

EIRA STENBERG

ANNI SUMARI

ILPO TIIHONEN

PENTTI SAARITSA (b. 1941) first collection of poems, Pakenevat merkit (Fleeing symbols) was published in 1965. Since that he has published about twenty more. Saaritsa has also made numerous translations, especially of Latin American poetry.
SOCIAL CRITIC GIVEN TO MELANCHOLY
 

Nul ne t’avait prévenue que cette danse
pourrait être aussi longue, tu y es entrée pour jouer
comme à un jeu que l’on peut quitter pour
rentrer, manger chez soi ou bien dormir quand vient le soir
et vient le soir, mais les mains qui t’étreignent
ne te lâchent pas
après une discrète tentative tu t’abandonnes,
tu continues le jeu, souris encore mais d’un autre sourire,
tu n’y crois pas encore tout à fait
bien que la danse se poursuive dans la nuit et que les ombres
se meuvent longues et dures
comme une chair noire, et la première frayeur te frappe
quand tu comprends enfin que c’était bien ça,
ta vie, mais cette frayeur, tu la surmontes
et décides que tu peux vivre avec elle, et elle
s’évanouit quand survient la première joie, puis une deuxième
frayeur plus grande et une plus grande joie et
les tours de danse se poursuivent jours et nuits, plus profond,
et tu ris et pleures tout les rires
et les pleurs, et tu danses de mieux en mieux, tu inventes
de nouvelles figures et tu souris
tu souris et tu sais
ce que tu sais.


Nul au départ ne t’avait prévenue.


Matinee

Nulle chanson n’a résonné

Nul ne t’avait prévenue que cett...

LA BLESSURE


 
Kokoelman nimi ei tiedossa 
Poèmes traduits par Gabriel Rebourcet.