SUOMEKSI | SVENSKA | ENGLISH | FRANÇAIS | DEUTSCH | ESPAÑOL | ITALIANO

JUHANI AHVENJÄRVI

CLAES ANDERSSON

AGNETA ENCKELL

MARTIN ENCKELL

TUA FORSSTRÖM

PENTTI HOLAPPA

JOUNI INKALA

RIINA KATAJAVUORI

JYRKI KIISKINEN

LAURI OTONKOSKI

PENTTI SAARITSA

HELENA SINERVO

EIRA STENBERG

ANNI SUMARI

ILPO TIIHONEN

LAURI OTONKOSKI (b. 1959) has worked on many fields of culture: he is poet, musician, essayist and music critic. He has published seven collections of poems, a children’s book and essays. In his poems the observation is the subject. The world flows through senses and consciousness. The singular observation gets seasoned by irony. Otonkoski was awarded Nuori Suomi (Young Finland) Prize for literature in 1995, Yleisradio’s (the equivalent of the BBC) Tanssiva Karhu (Dancing Bear) Prize in 1996, Pekkanen Prize in 1999 and Engel Prize of Church Art in 2001.
THE POIGNANCY OF HUMAN EXISTENCE
Ceux qu'on ne voulait pas 

Tais-toi aujourd'hui encore.
Tais-toi et sur ton visage naîtront des mouchetures bleues.
Ne dis rien de ces hommes muets dans les derniers bus de la nuit,
ni de ces femmes ni des papiers gras sur la place du marché,
quand les kiosques ont fermé leurs paupières.

Ne dis rien au miroir qui ne vieillit pas
à tes côtés.

Tais-toi devant le murmure du crucifix, ne dépasse pas le seuil
sans permission, mais fais demi-tour,
fuis, retourne dans l'escalier criard. Ne réduis pas tes sentiments
à quelque basse pornographie
quand dans le café du diable
sous les nuages de la méduse tu regardes
cette pupille noire de jais
au fond d'une tasse ridiculement petite
au bout de cette Europe.

Tais-toi aujourd'hui encore si tu veux savoir,
si tu veux savoir
comment ça fait
quand l'instant vient toucher ton front.


Credo

Sonatine

Trois couchers de soleil

En fuite

Une autre terre

L'aqueduc

Deux strophes

Instant plein

A chacun de vous

Cinq

Mais

Le pilote de la colline

Qui sait

Trop pres

Ceux qu'on ne voulait pas

Bavardage

37 mots dont aucun ne fut dicte...

Bâti sur le sable

La verticale toscane

Poeme


 
Musta oli valkoinen (Le noir était blanc), 1995. 
Traduites du finnois par Gabriel Rebourcet.