SUOMEKSI | SVENSKA | ENGLISH | FRANÇAIS | DEUTSCH | ESPAÑOL | ITALIANO

JUHANI AHVENJÄRVI

CLAES ANDERSSON

AGNETA ENCKELL

MARTIN ENCKELL

TUA FORSSTRÖM

PENTTI HOLAPPA

JOUNI INKALA

RIINA KATAJAVUORI

JYRKI KIISKINEN

LAURI OTONKOSKI

PENTTI SAARITSA

HELENA SINERVO

EIRA STENBERG

ANNI SUMARI

ILPO TIIHONEN

LAURI OTONKOSKI (b. 1959) has worked on many fields of culture: he is poet, musician, essayist and music critic. He has published seven collections of poems, a children’s book and essays. In his poems the observation is the subject. The world flows through senses and consciousness. The singular observation gets seasoned by irony. Otonkoski was awarded Nuori Suomi (Young Finland) Prize for literature in 1995, Yleisradio’s (the equivalent of the BBC) Tanssiva Karhu (Dancing Bear) Prize in 1996, Pekkanen Prize in 1999 and Engel Prize of Church Art in 2001.
THE POIGNANCY OF HUMAN EXISTENCE
Le pilote de la colline 

Au bout du chemin sacré là tout près
sous le rocher ceux qui
ont fini de creuser leur puits
et cachaient le grain d'or de leur naissance.

Ainsi la paix se dessine aussi, tout est différent quand on en parle avec des mots,
mais faut-il qu'on te le reproche,
mon petit monde.

Ou bien es-tu l'accusateur, toi-même,
grand pin ultime
du promontoire le plus saillant,
montres-tu du doigt l'Europe inégalement bâtie. Car toi
qui es le pilote de la colline,
tu n'as pas été créé pour espérer ni craindre,
mais pour connaître la voie
qui passe le col en miroir des certitudes et de l'errance.
Mais toi aussi femme tu espères, toi aussi tu accuses et tu crains,
tes règles sont en retard,
voilà qui est grandiose, an sich, en soi, et horrible,
comme toutes ces surprises que tu glisses dans ton sac à dos
et dont tirent leur salaire
le curé, le médecin et le philosophe.

O grand pin, mon arbre à pommes, nous te tutoyons désormais
et face à demain,
dans le coulis du vent et face à la peur

soyons souples, ployons sans nous briser, toujours


Credo

Sonatine

Trois couchers de soleil

En fuite

Une autre terre

L'aqueduc

Deux strophes

Instant plein

A chacun de vous

Cinq

Mais

Le pilote de la colline

Qui sait

Trop pres

Ceux qu'on ne voulait pas

Bavardage

37 mots dont aucun ne fut dicte...

Bâti sur le sable

La verticale toscane

Poeme


 
Musta oli valkoinen (Le noir était blanc), 1995. 
Traduites du finnois par Gabriel Rebourcet.