SUOMEKSI | SVENSKA | ENGLISH | FRANÇAIS | DEUTSCH | ESPAÑOL | ITALIANO

JUHANI AHVENJÄRVI

CLAES ANDERSSON

AGNETA ENCKELL

MARTIN ENCKELL

TUA FORSSTRÖM

PENTTI HOLAPPA

JOUNI INKALA

RIINA KATAJAVUORI

JYRKI KIISKINEN

LAURI OTONKOSKI

PENTTI SAARITSA

HELENA SINERVO

EIRA STENBERG

ANNI SUMARI

ILPO TIIHONEN

AGNETA ENCKELL (b. 1957) has published seven collections of poems since 1983. . Enckell has also written works of text/sound/music for stage and radio in co-operation with composer Patrick Kosk. Among these works are Ord har hål (Words have holes, 1990), No Solution (1996), Icebice/paradis (1999), No Name (2000).
THROUGH HOLES, GLASS AND STONE
 

que les oiseaux, la source. le visage d’un homme, coupé.  où es-tu, mère !   presque audible.  respirer, sous le temps, sous ce qui est, la surface du temps, là les oiseaux. leurs ailes frissonnantes qui se reflètent dans le visage de l’homme quand il noie son visage dans l’herbe.

en elle la pierre nue, sans limite, comme un cœur, un cri. c’est un  trouble, un tintement turbide   dans sa première main elle tient un rapace, la main terreuse caresse ses lèvres, douces lèvres, qui s’entrouvrent les lèvres. s’ouvrent   elle a de la terre sous les ongles. le rapace chante un chant d’amour, sur tout ce qui fut inachevé.

la cruauté dans nos visages, voilà ce qui fut.  "dans l’amour pour cet homme et le désespoir qui en jaillit, je vois combien on peut faire du mal à son enfant, avec une tendresse si grande "  telle est la plaie dans la pierre où bat la pulsation de toute origine.  c’est l’enfant là-bas dormant  pareil à  l’oisillon, avec ses paupières bleuissantes.  c’est l’amour aussi grand qu’un cri de désespoir .


Au sujet d’une photographie

arrose les fleurs, la palme fris...

dans les veines de la pierre ils...

que les oiseaux, la source

quand il enfouit

où sommes-nous ?

dans ce visage

comme dans le même instant

visage, l’eau. la peau, les lèvres

aussi légèrement

ou comme un mouvement


 
Sitt ansiktes avtryck, eller stenens begär (L’empreinte de son visage, ou le désir de la pierre), 1998. 
Poèmes traduits par Gabriel Rebourcet.